Cool Blog

Chauffage électrique : la France ne peut faire l’économie de textes européens ambitieux

Faciles à brancher, les appareils de chauffage électrique à effet Joule ont un rendement énergétique très faible et leur coût de fonctionnement élevé. A la différence du reste de l’Europe, son taux de déploiement est particulièrement important en France : plus de 30% des ménages utilisent des produits à effet Joule pour se chauffer. Ces derniers sont en directe concurrence avec d’autres équipements bien plus performants : pompes à chaleur, chaudières, poêles, etc. Il est à ce titre anormal que le chauffage à effet Joule bénéficie d’un traitement de faveur en étant exempté d’étiquette : le consommateur doit être informé et pouvoir comparer.

C’est exactement la mission de l’étiquette énergie, permettre la comparaison, et c’est ce que la Commission a initialement présenté, proposition finalement repoussée par un certain nombre d’acteurs. Il a dernièrement été avancé comme solution de repli d’apposer sur l’emballage, le mode d’emploi et le produit lui même la mention suivante : "ce produit n’est pas adapté comme source de chauffage principale à cause de sa consommation énergétique et ses coûts élevés (équivalent de la classe énergétique G). Cet avertissement est un pas en avant intéressant mais ne peut en aucun cas remplacer l’étiquette énergie qui doit concerner tous les produits de chauffage d’appoint dont le chauffage électrique. L’étiquetage des lots 1 et 2 doit en toute logique être étendue à ces produits.

Etant donné l’urgence de traitement en France et du risque d’absence de concensus à Bruxelles, les associations de protection de l’environnement soutiendront la proposition actuelle de la Commission à condition que :

  • la rédaction de l’avertissement actuellement prévue soit maintenue telle quelle ;
  • la phrase suivante soit ajoutée : « l’étiquette d’avertissement doit être placée de manière à être clairement visible et lisible pour le consommateur, comme par exemple à l’avant du produit » ;
  • l’introduction de l’étiquette soit à l’ordre du jour de la révision des textes.

En l’absence d’étiquette énergie, tout affaiblissement de la proposition actuelle d’avertissement serait inacceptable.

Les coûts environnementaux, économiques et sociaux du chauffage électrique à effet Joule sont toujours plus importants en France. Le prix de l’électricité va de plus en plus refléter les surcoûts liés à cette technologie via l’horosaisonnalité des tarifs et le déploiement du compteur Linky. Si rien n’est mis en place, la précarité énergétique liée au déploiement du chauffage électrique depuis les années 70 ne va que s’aggraver : il est en effet difficile et couteux de basculer vers un système de chauffage alternatif. Au delà d’un plan massif de rénovation énergétique du parc existant que le CLER appelle de ses voeux, il est impensable de ne pas mettre en oeuvre un volet pédagogique incluant un système qu’utilise plus d’un tiers des ménages français pour se chauffer. L’opportunité que constitue ces textes européens à ce sujet ne se représentera pas avant longtemps.



Les billets de ce blog ne représentent pas nécessairement le point de vue de toutes les associations partenaires.

 

Cool Blog

Nos derniers Tweets