Cool Blog

L’efficacité énergétique lâchée en rase campagne présidentielle

Communiqué de presse du CLER et du RAC

L’annonce est passée totalement inaperçue mais elle est symptomatique de l’importance que l’on donne aux économies d’énergie : les comités de suivi censés mettre en œuvre les 27 propositions issues des Tables rondes nationales sur l’efficacité énergétique ont tout simplement été annulés la semaine dernière.

Si cette issue semblait inéluctable (1) , cela démontre encore une fois que ce sujet reste cantonné au registre de l’incantatoire.

Le trop faible impact des dispositifs existants

On pourrait objecter que plusieurs mécanismes sont déjà en place pour donner corps à ce concept d’efficacité énergétique. Mais pour quels résultats ?

Considéré comme une vulgaire niche fiscale (2), le Crédit d’impôt développement durable (CIDD) a été inconsidérément diminué par la loi de finance 2012 .
Il est accordé aujourd’hui moins de 3000 Eco-prêt à taux-zéro par mois. L’objectif du Grenelle est d’atteindre le chiffre de 400 000 par an d’ici à 2013…

Symbole de la politique d’efficacité énergétique française, le système des certificats d’économies d’énergie (CEE) ne présente pas de résultats très significatifs :

• La première période (2006-2009) a engendré en 3 ans environ 0,3 % d’économies d’énergie par rapport au total des consommations des secteurs impactés par ce système (résidentiel-tertiaire, agriculture, industrie hors sidérurgie) ;

• La deuxième période (2009 – 2013), au rythme actuel, devrait en générer 1,1% en un peu plus de 4 ans (en ajoutant le secteur du transport à la liste précédente).

La rénovation énergétique (isolation des parois vitrées et opaques) est par ailleurs le parent pauvre des CEE : moins de 15 % du total des demandes contre près de 40% pour les chaudières gaz basse-température et condensation.

L’Europe avance en attendant la France

A l’heure où l’environnement n’a plus de ministre et où un débat sur l’énergie n’a toujours pas trouvé sa place dans la campagne électorale malgré une forte attente de la part des citoyens, le vote positif des parlementaires européens à propos du projet de Directive Efficacité énergétique est une bouffée d’oxygène plus que bienvenue. Objet d’un consensus parmi les différentes familles politiques, elle est un nouveau souffle pour la politique européenne d’efficacité énergétique qui en a bien besoin : si l’objectif est d’obtenir 20% d’efficacité énergétique d’ici 2020, le rythme actuel ne permettrait en effet à l’Europe que d’atteindre 9% !

Les négociations qui s’engagent avec la Commission et les Etats Membres s’annoncent difficiles : ces derniers sont en effet contre tout objectif contraignant. La France, qui fait partie des pays réticents, pourrait au contraire saisir l’opportunité de ce texte pour mettre en œuvre une réelle politique d’efficacité énergétique qui fait toujours cruellement défaut aujourd’hui.

— -

(1) Communiqué de presse du CLER du 23/06/11 : « Table ronde sur l’efficacité énergétique : le CLER ne participera pas »

(2) Communiqué de presse du CLER du 22/11/11 : « Loi de finances 2012 : les économies d’énergie sacrifiées ? »

Contacts

Joël VORMUS – Responsable projets, joel.vormus at cler.org



Les billets de ce blog ne représentent pas nécessairement le point de vue de toutes les associations partenaires.

 

Cool Blog

Nos derniers Tweets