Cool Blog

L’environnement, une réponse à la crise "brexistentielle" de l’Europe ?

Alors que la campagne du Brexit a figé toute avancée sur les fronts de l’écoconception et de l’étiquette énergie, les chantres de la dérégulation aimeraient tirer profit d’une Europe déstabilisée par la sortie de l’UE du Royaume-Uni. Ce sont pourtant bien les règles environnementales qui permettraient de redonner du sens au projet européen. Les institutions européennes sauront-elles défendre des textes qui bénéficient non seulement aux consommateurs, à l’environnement, mais aussi à l’industrie et à l’économie ? Il le faut : ces directives sont l’une des clés de voute des objectifs énergétiques nationaux et européens.

Face à la crise « brexistentielle » et à la montée des populismes, les leaders européens vont devoir faire un choix entre une Europe vide de sens, sans réglementations ambitieuses, mais qui aura l’avantage de ne gêner personne, ou une Europe forte qui défend des valeurs partagées, dans l’intérêt des citoyens. Les institutions européennes auraient tout à gagner à prendre les électeurs au sérieux et leur expliquer l’importance de directives comme celles qui régissent les règles d’écoconception et l’étiquette énergie. Car ces réglementations environnementales sont populaires ! Et l’Europe doit capitaliser sur ces avancées législatives en démontrant systématiquement l’intérêt du projet européen pour les citoyens et la planète.

Pour les textes relatifs à l’écoconception des produits de consommation, l’approche de la Commission européenne est pourtant ambivalente. Les Commissaires se sont certes accordés en avril pour être plus attentifs aux sujets relatifs à l’écoconception et à l’étiquette énergie ce qui laisse espérer plus de communication. Néanmoins, face à la campagne du Brexit, leur premier réflexe fut de « cacher » ces réglementations et non de les promouvoir. La situation se débloquera peut-être en octobre mais les bruits de couloir laissent augurer d’un ralentissement majeur des discussions, une punition politique pour avoir servi d’argument aux populistes anglais anti-UE.

« Pour vivre heureux vivons cachés » a été jusqu’ici le credo de la réglementation écoconception : impossible désormais de continuer comme cela. Si on prend suffisamment de temps pour faire de la pédagogie, les gens sont capables de comprendre ces réglementations et de voir quels avantages ils en tirent. Le vice-président de la Commission européenne M.Timmermans, fervent soutien de la dérégulation mais aussi d’écoconception et de l’étiquette énergie, en est un parfait exemple. Ne reste plus qu’à passer de la théorie à la pratique à une échelle plus grande : les institutions européennes et nationales doivent fortement augmenter leurs communication autour des réglementations écoconception et étiquette énergie. ­Les ONG environnementales et de défense des consommateurs sont prêtes à y contribuer !



Les billets de ce blog ne représentent pas nécessairement le point de vue de toutes les associations partenaires.

 

Cool Blog

Nos derniers Tweets