Cool Blog

Nouveaux règlements écoconception pour les ordinateurs = 2 milliards d’euros d’économies d’énergie par an

L’Europe pourra bientôt se vanter d’avoir les ordinateurs parmi les plus sobres en énergie au monde grâce à l’entrée en vigueur le 1er juillet prochain de nouvelles exigences d’écoconception. Les ménages pourront économiser jusqu’à 100 € sur leur facture d’électricité.

En effet, tous les nouveaux ordinateurs mis sur le marché européen après le 1er juillet devront respecter des exigences minimales d’efficacité énergétique. Les alimentations (à part celles des gros serveurs) sont également concernées par ces règles d’écoconception, fruit de plusieurs années de discussions entre les Etats membres, les experts, les fabricants et la société civile.

La Commission européenne estime que ces règlements feront économiser 2 milliards d’euros par an d’ici 2020 à l’Europe, une évaluation conservatrice basée sur les prix 2008 de l’électricité (€ 0,16 / kWh). Cela représente en moyenne 10 € d’économie par an sur la facture d’électricité de chaque ménage européen. En utilisant les prix 2012 de l’électricité, les économies grimpent à 2,5 Md € par an, soit 12 € d’économies par ménage et par an. Si on limite ces économies aux seuls ménages équipés d’ordinateurs (deux tiers du total selon une enquête officielle), les économies annuelles s’élèvent à 18 €. En supposant une durée de vie du produit de six ans, on atteint environ 100 € soit une partie significative du prix d’achat du produit, ou bien une belle remise sur une nouvelle carte graphique ou un nouveau disque dur.

En termes d’énergie, ce nouveau règlement devrait permettre d’économiser entre 12,5 TWh et 16,3 TWh par an d’ici 2020. Même en utilisant les chiffres les plus faibles, cela se traduit par des économies très importantes -l’équivalent de la production annuelle de 2 réacteurs nucléaire du type de Fukushima. Cela équivaudrait à éviter l’émission de 5,25 millions de tonnes de CO2 par 16 centrales charbon de taille moyenne ou bien retirer 2,5 millions de voitures de la circulation.

Au-delà des standards généraux de performance, comment les consommateurs pourront ils s’assurer qu’ils choisissent la machine la plus efficace ? Aucune étiquette énergie n’est prévue mais les fabricants doivent rendre certaines informations disponibles comme la consommation d’énergie annuelle totale, la puissance appelée par les différents modes (veille, veille prolongée, éteint) ou bien l’efficacité des alimentations internes et externes.

Bien que le règlement écoconception permettra de retirer du marché les produits les moins performants, il est suffisamment souple pour autoriser une large gamme d’ordinateurs sans affecter leur rendement ou leur vitesse.

Cela n’aura pas non plus d’incidence sur l’industrie ou la compétitivité européenne. La Commission a ainsi déclaré que "les exigences d’écoconception ne devraient pas avoir d’impact négatif significatif sur les fonctionnalités du produit ou sur les consommateurs, en particulier en ce qui concerne son accessibilité, ses coûts sur le cycle de vie et la compétitivité de l’industrie. De plus, les exigences ne devraient pas imposer aux fabricants une technologie propriétaire ou une contrainte administrative excessive. Ils ne devraient enfin pas affecter négativement la santé, la sécurité et l’environnement. "

Elle a également ajouté que ces exigences "devraient être introduites progressivement afin de donner suffisamment de temps aux fabricants pour modifier les produits concernés par cette réglementation. Le calendrier devrait être défini de telle manière qu’il évite les impacts négatifs sur la disponibilité des produits et qu’il prenne en compte les coûts pour les fabricants, en particulier les PME, tout en assurant la mise en oeuvre rapide des objectifs du présent règlement".

Plus important encore, l’étude d’impact indique qu’il n’y aura "pas d’impact sur ​​la compétitivité de l’industrie et l’emploi, en particulier pour les PME en raison des faibles coûts en valeur absolue liés à la réévaluation et l’optimisation des produits ;" (voir page 37).

Alors à quoi ce nouveau règlement va-t-il servir ? Les principaux critères sont basés sur la consommation d’énergie en modes "marche", "veille", "veille prolongée" et "arrêt", c’est à dire lorsque l’ordinateur est éteint mais qu’il est toujours branché au secteur. Le règlement stipule simplement que tous les nouveaux ordinateurs doivent atteindre un certain niveau d’efficacité.

D’autres aspects sont également traités comme l’efficacité des alimentations internes ou bien des exigences en matière de changement de modes de gestion de l’alimentation (permettant à l’utilisateur de faire pleinement usage de l’ordinateur lorsqu’il le souhaite). Chaque constructeur devra fournir un ensemble d’informations de base comparables entre ordinateurs, permettant aux consommateurs de comparer les produits entre eux sur des critères économiques et environnementaux.

La limite de consommation d’énergie de chaque type de produit est calculée selon un certain nombre de facteurs, chacun d’entre eux ayant une tolérance pour les composants énergivores, comme les cartes graphiques, permettant aux produits dédiés aux jeux ou ceux utilisés pour la conception graphique de rester facilement disponibles et accessibles.

Le règlement entrera en vigueur de manière échelonnée ce qui signifie que des réglementations plus strictes seront mises en place dans les prochaines années au fur et à mesure que la technologie favorisera une meilleure efficacité énergétique. Des exigences minimales en matière d’écoconception entrent ainsi en vigueur le 1er juillet 2014, avec des exigences plus strictes à partir de 2016.

Toutefois, tout n’est pas parfait. Les limites de puissance dans leurs différentes formes (mentionnées ci-dessus) auraient pu être encore plus sévères. De plus, par excès de prudence, la tolérance prévue pour les cartes graphiques semble trop importante. Viser l’excellence en matière d’efficacité énergétique (ainsi que d’autres aspects) pourrait conduire à plus de recherche et d’innovation, et permettrait à l’Europe d’être à l’avant-garde de ces technologies.

Un autre aspect vraiment décevant est l’absence totale d’exigences sur les aspects non-énergétiques. C’est une occasion manquée de tenir compte des coûts sur le cycle de vie, l’utilisation de matières plastiques, le recyclage (ainsi que l’utilisation de matières plastiques recyclées), la "réparabilité" et le démontage. Il aurait pu être prévu l’obligation de fournir des services étendus de garantie, des pièces détachées et des mises à jour logicielles pour étendre la durée de vie produit, l’élimination des produits chimiques dangereux comme les retardateurs de flamme bromés, la standardisation des batteries / interfaces ce qui aurait massivement augmenter l’efficacité de l’utilisation des ressources.
Ce règlement sera évalué et peut-être révisé d’ici quelques années. Nous espérons alors que les points cités précédemment seront sérieusement pris en considération.

Enfin, avec la quantité importante d’économies prévues par ce règlement, c’est une honte qu’aucune exigences contraignantes similaires de soient prévues pour les consoles de jeux. Au lieu de cela, l’Europe a choisi pour ces produits de passer par des accords volontaires typiquement dénués d’ambition et inefficaces. Plus d’informations sur les consoles de jeux et pourquoi les accords volontaires sont si inefficaces sont disponibles ici et .



Les billets de ce blog ne représentent pas nécessairement le point de vue de toutes les associations partenaires.

 

Cool Blog

Nos derniers Tweets