Cool Blog

Ordinateurs, serveurs : vers une économie plus intelligente ou toujours plus de gaspi ?

Peu de gens ont conscience que le stockage des données qu’ils accumulent nécessite d’énormes quantités d’espace et d’énergie aux quatre coins de la planète. La croissance du secteur des Technologies de l’information et de la communication (TIC) semble partie pour durer. Nous posons donc la question : que va faire l’Europe pour que ces TIC deviennent plus respectueuses de l’environnement ?

Après des années d’atermoiements et d’hésitation, la Commission européenne est en train de finaliser une réglementation écoconception pour les ordinateurs et les serveurs. Le projet de texte est actuellement en consultation inter-services à la Commission.

Le potentiel d’économies d’énergies est conséquent : 12 à 16 TWh par an d’ici 2020 à l’échelle européenne : c’est la consommation énergétique annuelle du secteur résidentiel de la République Tchèque.
C’est aussi 6 millions de tonnes de CO2 émises en moins par an (l’équivalent de 3 millions de voitures en moins sur les routes).

Les TIC sont des éléments clés de l’innovation en Europe, que ce soit dans le secteur résidentiel, industriel ou bien tertiaire. Il y a pourtant un risque qu’elles deviennent des ogres de consommation d’énergie si l’ambition des textes proposés par la Commission n’est pas revue fortement à la hausse.
Ces projets de réglementation comprennent certaines dispositions pertinentes comme l’obligation pour les fabricants d’accroître l’efficacité des alimentations électriques internes des PC et des serveurs (un composant qui est trop souvent négligé dans la conception des produits).

De multiples inquiétudes

Premièrement, la proposition ne prend pas suffisamment en compte la formidable évolution du marché des ordinateurs depuis 2009. La proposition actuelle est très en retard sur le marché plutôt et ne challenge en aucune manière les fabricants.

Deuxièmement, le document permettrait aux modes veille de consommer jusqu’à 5W pour les ordinateurs de bureau et 3W pour les ordinateurs portables alors que la plupart des modèles actuels ont des besoins moitié moindres et que certains produits nécessitent dix fois moins d’énergie.

Troisièmement, un rapport récent des organisations indépendantes américaines CLASP et NRDC révèle des données marquantes concernant les valeurs limites proposées pour les cartes graphiques [2] .

De trop gourmandes cartes graphiques

La proposition de l’UE suggère des limites de consommation d’énergie associées à l’utilisation de cartes graphiques additionnelles significativement plus élevées que ce que la plupart des cartes graphiques intégrées existantes peuvent atteindre. Cela donnerait aux fabricants une prime à la consommation d’énergie et cela découragera les industriels faisant des efforts pour réduire le gaspillage d’énergie.

Les limites proposées pour les cartes graphiques supplémentaires sont beaucoup trop généreuses par rapport aux derniers tests effectués par le NRDC et CLASP, en particulier pour la tranche supérieure des cartes graphiques. Par exemple, la valeur retenue pour les cartes graphiques équipant les ordinateurs de bureau les plus puissants atteint 130 KWh / an, alors que l’équipe NRDC / CLASP a mesuré des consommations de moins de 60 KWh / an pour ces types de cartes.

Une dernière frustration : celle de voir ce texte exempté de toute contrainte les produits "haut de gamme", généralement les plus énergivores.
Il a d’abord été prévu d’avoir une exemption temporaire de deux à trois ans pour ces PC. Toutefois, en raison des pressions exercées par les fabricants, cette exonération n’aura pas de date de fin. Garder une telle exemption pourrait sérieusement réduire l’impact de cette réglementation si ces produits haut de gamme d’aujourd’hui viennent à se généraliser d’ici quelques années.

Recyclage et matériaux rares toujours oubliés ...

Le projet est aussi très timide quand il s’agit de considérer d’autres aspects environnementaux que celui de l’énergie en phase d’utilisation.

Les équipements informatiques contiennent des matières identifiées comme critiques pour l’économie de l’UE (métaux précieux et/ou rares). Tout outil qui pourrait faciliter la récupération de ces matières devrait logiquement être mis en place. Malheureusement, ce projet de texte ne prévoit rien de concret pour faciliter le recyclage et la récupération de ces matières. Seule une disposition stipule que les produits ayant des batteries difficiles à remplacer doivent posséder un manuel d’instructions (ou sur le site web) signalant cette état de fait.
Malheureusement, le prise en compte éventuelle de l’utilisation des matériaux rares dans la réglementation a été repoussée à la prochaine révision du texte, soit un délai d’environ trois ans.

...et l’énergie grise aussi !

Une étude récente a montré que l’énergie grise contenue dans les ordinateurs portables, l’énergie nécessaire à la fabrication des produits, est au moins équivalente à l’énergie consommée par les produits en phase d’utilisation. Le rapport estime que pour vraiment compenser les émissions de CO2 provenant de la fabrication, il ne faudrait remplacer nos ordinateurs portables que tous les 12 à 40 ans [3] . Plus simplement, le potentiel d’amélioration de l’efficacité énergétique en phase d’utilisation d’un ordinateur portable est loin de compenser l’énergie nécessaire à sa fabrication. En ne réglementant pas au-delà de la phase d’utilisation, nous allons donc également passer à côté d’opportunités d’économies d’énergie énormes.

"Coolproducts for a cool planet" appelle à une régulation plus ambitieuse pour les ordinateurs et les serveurs. Faisons en sorte que ces produits nous aident sur notre route vers une économie sobre en carbone plutôt qu’elles nous ralentissent en aggravant la situation...


[1] http://ec.europa.eu/enterprise/tbt/tbt_repository/EU75_EN_1_1.pdf

[2]http://www.clasponline.org/en/ResourcesTools/Resources/StandardsLabelingResourceLibrary/2012/Impact-of-Graphics-Cards-on-Desktop-Computer-Energy-Consumption.html

[3] Oeko-institut report « Early replacement of notebook” presentation



Les billets de ce blog ne représentent pas nécessairement le point de vue de toutes les associations partenaires.

 

Cool Blog

Nos derniers Tweets