Cool Blog

Sèche-linge : ne pas faire rétrécir les économies d’énergie

Avec presque 4 millions de produits vendus en Europe en 2007, soit 14% de plus qu’en 2002, le taux d’équipement en sèche-linge ne cesse d’augmenter.
Or l’utilisation d’un sèche-linge représente une part non négligeable de la consommation électrique d’un ménage : un produit classique (étiquette B ou C) consomme en moyenne 3 fois plus d’énergie qu’un lave-linge.
Une réglementation éco-conception est donc indispensable pour limiter cette hausse des consommations.

Des solutions efficaces déjà disponibles

Les sèche-linge équipés de pompes à chaleur (PAC) pour chauffer l’air consomment 50% de moins que les modèles « classiques » utilisant des résistances électriques et sont les seuls à obtenir l’étiquette A.
D’après une étude de Topten d’avril 2012 portant sur 90 modèles de sèche-linge équipés de PAC, le surcoût à l’achat est en moyenne de 1100 euros, soit 70% plus cher qu’un modèle classique à condensation. Cela correspond au montant des économies réalisées pendant la durée de vie de l’équipement, soit environ 15 ans.
Avec une part de marché en constante augmentation, les prix de ces équipements efficaces devraient diminuer, ceci d’autant plus vite s’ils étaient annoncés comme le futur standard, ce que peut faire la directive éco-conception.

La Suisse montre l’exemple

Chez nos voisins transjurassiens, les sèche-linge équipés de PAC occupaient une part de marché de 32% en 2010. Depuis 1er janvier dernier, seuls les équipements classés A sont autorisés à la vente sur le marché suisse. Depuis, les prix baissent et le nombre de modèles disponibles augmente, tandis que d’importantes économies d’énergie sont réalisées.

Et l’Europe dans tout ça ?

En mars dernier, la Commission européenne a adopté une nouvelle étiquette énergie pour les sèche-linge qui devrait bientôt faire son apparition en magasin. Elle constitue une réelle avancée mais présente également le défaut d’introduire des classes A+ et A++ déjà pourvues en produits (respectivement 58 et 3 produits selon Top Ten, tous des sèche-linge équipés de PAC). Toujours le même problème pour le consommateur qui ne sait plus à quel saint se vouer...

L’Europe est également en train d’adopter une réglementation éco-conception, c’est à dire d’introduire des exigences minimales d’efficacité énergétique conditionnant l’accès au marché européen. Cependant, la version actuelle du texte n’apparaît pas assez ambitieuse au regard des technologies disponibles et des enjeux d’économies d’énergie et peut être grandement améliorée :

en indiquant la technologie pompe à chaleur comme objectif long terme aux fabricants de sèche-linge. La Suisse l’a déjà fait début 2012, il paraît donc relativement simple de faire de même au niveau européen d’ici 5 ans ;

en rendant obligatoire la présence de capteurs d’humidité (une partie des produits sur le marché en sont aujourd’hui dépourvus). Ces derniers permettent d’interrompre automatiquement le cycle en cours, évitant ainsi de gaspiller de l’énergie à faire sécher un linge qui l’est déjà.

Plus généralement, les précédentes réglementations éco-conception (réfrigérateurs, congélateurs, machines à laver, etc.) ont été trop peu exigentes. Le périmètre du texte actuel devrait par exemple inclure les machines lavantes-séchantes, notoirement inefficaces.
Sur le modèle de ce qui est en train de se passer entre les chauffe-eau thermodynamiques (équipés d’une pompe à chaleur) et les ballons électriques, appelés à disparaître d’ici quelques années, le secteur des sèche-linge doit lui-aussi s’engager vers une utilisation plus rationnelle de l’électricité.
Cet effort nécessaire des industriels ne dispense bien sûr par les acquéreurs de sèche-linge de comparer entre eux les différents produits sur le marché. Le site indépendant guidetopten.fr est d’ailleurs là pour les y aider.
En parlant de rationalité, rien n’empêche le consommateur d’opter pour la solution de séchage la plus sobre en énergie : le tancarville !



Joël VORMUS Responsable projets au CLER



Les billets de ce blog ne représentent pas nécessairement le point de vue de toutes les associations partenaires.

 

Cool Blog

Nos derniers Tweets