Cool Blog

Une recette pour perdre le consommateur : l’étiquette énergie en cuisine

Les directives ecoconception et étiquette énergie s’attaquent ces temps-ci aux équipements de cuisine et, il faut bien le dire, quelque chose ne sent pas bon. Les textes réglementaires en question concernent tout à la fois les fours, les plaques de cuisson et les hottes d’aspiration. Le potentiel d’économies d’énergie s’élève à 7,5 TWh (final) /an d’ici à 2020. Malheureusement, nous serons loin du compte si rien n’évolue.

Les projets de textes pour l’étiquetage énergétique des fours et des plaques de cuisson sont pour l’instant très décevants : deux systèmes distincts sont proposés pour les fours électriques et ceux au gaz. A moins d’être un expert, il sera très difficile pour le consommateur de comparer ces produits entre eux.

Les calculs pour les fours au gaz seront basés sur leur consommation primaire d’énergie alors que les produits électriques seront étiquetés selon leur consommation finale d’énergie.
C’est d’ailleurs assez problématique pour les produits combinés gaz/électricité, de plus en plus populaires. Nous appelons donc la Commission à inclure un étiquetage en énergie primaire pour les fours électriques dans l’étiquette globale afin de permettre une comparaison basique entre technologies.

Cette même Commission propose d’exempter les plaques de cuisson de toute étiquette énergie. La raison invoquée ? La différence de performance entre le plus mauvais des produits et le meilleur serait au maximum de 15%. L’étude préparatoire ainsi que d’autres documents indiquent cependant le contraire, jetant le doute sur la pertinence de cette exclusion.
Sans étiquette énergie, les consommateurs n’auront pas la possibilité de comparer entre eux les produits électriques et ceux au gaz, menant peut-être à des factures d’énergie plus élevées. Les industriels n’auront eux aucune possibilité de valoriser leurs produits les plus efficaces.

Les magasins ne respectant pas les réglementations (comme le fait de ne pas afficher correctement l’étiquette énergie) sont également un problème. Le projet "Come on Labels", soutenu par la Commission européenne, a inspecté 900 magasins en Europe et a découvert que presque 60% des magasins vendant des équipements de cuisine n’affichaient pas les étiquettes énergies correctement. Une moyenne de 20% des produits devant bénéficier d’une étiquette énergie ne l’étaient pas en réalité : dans certains magasins, un produit sur deux était en infraction (plus d’informations ici).

Le faible respect des réglementations existantes, aucune étiquette pour les plaques de cuisson et des référentiels incompatibles pour les fours : tous les ingrédients sont réunis pour totalement perdre le consommateur et en passant des économies d’énergies conséquentes.



Les billets de ce blog ne représentent pas nécessairement le point de vue de toutes les associations partenaires.

 

Cool Blog

Nos derniers Tweets